En fait c'est un bout de ma journée : en passant devant un ponton, on a vu des colibris. Les gens avaient installé des mangeoires avec de l'eau sucrée sur leurs bateaux et les colibris venaient y boire. Bon, la flore vite fait :
Des bananeraies partout. Des champs de canne à sucre aussi. Il y a quelques flamboyants pas encore tout à fait en fleurs. Quelques arbres à pain aussi ; des manguiers avec un tas de mangues, mais pas encore mûres, dommage.
Quand on monte en altitude, du côté de la montagne Pelée, il y a des bambouseraies, des fougères arborescentes et des champs d'ananas.
J'oubliais les arbres du voyageur - partout, et bien sûr les cocotiers, même en montagne d'ailleurs. Voilà pour la flore. Il y a également un tas d'amandiers avec leurs grosses feuilles. j'ai vu 2 ou 3 pins colonnaires et aussi une poignée de pins ressemblant fortement à des pins maritimes du côté de la montagne Pelée.

Passons au déroulement de la journée, on va commencer par la citation du jour :
Quitter la Martinique sans faire le plein de rhum, c'est une erreur de navigation.
Ce matin, lever peinard un peu avant 8h. Petit déjeuner. Je prends du Country Store et du lait chaud. Les autres sont plutôt thé/café/pain.
On fait ensuite notre liste de courses pour la traversée. On n'aura pas à acheter à St Martin les vivres qu'on aura déjà à bord, et on profite du fait qu'on a une voiture ici. Au programme, conserves de tomates, de fruits, petit salé, choucroute, raviolis (beurk), paëlla, riz, pâtes, sucre, etc. La liste est longue.
On compte 30 jours de St Martin aux Açores, on prévoit large.

Une fois la liste établie, on prend l'annexe pour les pontons. En voiture (une Clio verte depuis hier soir) jusqu'au Leader Price. Là on remplit 3 caddies, dont un de flotte (10x6 bouteilles comme la veille). J'ai été désigné comptable du bord. On en a pour 360€ à peu près. On cale tout dans la Clio, c'est chaud mais ça passe. Retour au ponton. Je reste à terre pour transporter tout ça de la voiture au ponton, Jacques et Yves vont jusqu'au bateau ave la première cargaison et se prennent une bière pendant que je me sue au soleil. Jacques revient et m'emmène avec le reste de la cargaison ; en deux aller-retour d'annexe l'affaire est réglée. Ensuite on range tout ça dans le carré, sous le plancher, derrière les sièges, etc.

Puis on déjeune (salade/maïs/thon/tomates/oeufs) et on finit de ranger. Après coup on se rend compte qu'on ne sait pas trop ce qui est rangé où, du coup il va falloir refaire un inventaire. Relou. c'est soit ça soit on mange ce qui nous tombe sous la main. Une fois que tout est rangé, petit saut à terre et au cybercafé.
Quelques rapides emails plus tard, on va boire un verre à une terrasse en attendant le loueur à qui on doit rendre la voiture. On a quand même eu une petite galère hier : le vol d'Yves avait deux heures de retard, et j'étais déjà un peu short pour le temps de location de la voiture ; j'appelle la loueuse qui me dit que ça va être tendu et qu'elle va essayer de me trouver une autre voiture pour le trajet de l'aéroport du Lamentin au Marin. Pas de solution jusqu'à la dernière seconde où elle nous emmène au milieu des bananeraies chez un gars qui loue des voitures et qui accepte de nous laisser une Clio qui devait partir au garage pour une révision ("c'est rien, juste un problème de direction et de freins") pour un prix spécial touriste. On n'a pas trop le choix, on prend.
Bref, on finit par retrouver le loueur, on rend la voiture, dîner boeuf cocotte avec des tomates, yaourt en dessert. On dîne dehors. On bricole un néon qui ne veut pas marcher pendant un moment. Vaisselle, gribouillage, brossage de dents et dodo. Journée passionnante...