Il y a quelques voiliers en route. Perotin, un OVNI 455 (voilier en alu) avec lequel on a un peu discuté sur la VHF. Ils vont plus vite que nous et ils remontent mieux au vent. C'est amusant, Jacques les a passé (ou il s'est fait passer) sans les voir lors de sa transat aller il y a deux ans. Ils avaient eu un contact radio. Apparemment ils ont un spécialiste de la pêche à bord. On s'est lancé un défi, le premier à pêcher une dorade a gagné. Forcément, quelques heures plus tard, ils nous appellent pour nous signaler qu'ils en ont eu une belle de 95cm. Les chacals.

On a aperçu un autre voilier sur notre travers tribord. Rapide aussi.

La nuit, on voit quelques feux. Des portes-conteneurs pour la plupart. La nuit dernière, le ciel était dégagé, plein d'étoiles. C'est sympa.

On a fini par pêcher une belle dorade de 1m20 cet après-midi. De quoi remplir nos assiettes pour quelques repas. Perotin n'est plus joignable, dommage, on aurait pu les narguer un peu. Ce poisson est extraordinaire, il change de couleur très rapidement une fois hissé à bord. Jaune, bleu, vert. Une grosse tête et un corps fuselé. C'est un mâle semble-t-il, vu la bosse qu'il a sur le crâne. Enfin bon, je n'y connais pas grand chose à ces poissons exotiques...

Le vent qui était de Sud-Est au départ est passé Est-Nord/Est, une vingtaine de noeuds. On navigue dans le 13 au compas. Un tour de grand voile et tout le génois envoyé. La mer est peu agitée, pression barométrique à 1012 hectopascals, ça remonte un chouilla. La visibilité est bonne mais c'est couvert.

Je suis de quart jusqu'à la nuit.