On a fouillé les coffres arrières pour essayer de trouver l'origine d'une petite fuite qui a rendu la cabine du capitaine plutôt humide pendant la traversée. Sa cabine était sur bâbord, bord sous le vent pendant la plus grande partie de la traversée (pour ne pas dire la totalité de la traversée). On n'arrive pas trop à savoir d'où vient cette eau... c'est de l'eau salée.

On a rempli le réservoir de gasoil avec les bidons, qu'il faudra qu'on re-remplisse demain. C'est plus simple que de bouger tout le monde pour sortir le bateau de ce souk et s'amarrer au ponton de la station.

Après le déjeuner, je suis allé porter une bombonne de gaz au Mid Atlantic Yacht Services (le shipchandler du coin, qui répond sur la VHF, canal 77) pour la faire remplir. On ne l'aura pas avant lundi après-midi. Je pense qu'on sera partis d'ici-là.

Je suis allé sur le môle de la marina. Le port est plein de poissons, c'est impressionnant. L'eau est assez claire, on voit tous les bancs, des poissons de toutes sortes. Ils viennent manger les morceaux jetés à l'eau par les pêcheurs. D'autres pêchent à l'extrémité du môle. L'un d'eux a attrappé un anchova, un tassergal en portugais. J'ai encore pris quelques photos du paysage, mais rien de vraiment exceptionnel, c'est trop couvert et pas assez lumineux.

On est allés faire un tour au supermarché faire des courses. J'ai acheté tout un tas de barres chocolatées pour survivre aux nuits à venir.

Yves nous a fait un scandale. Il veut des légumes frais, et pas qu'un peu. Moi ça ne me pose pas de problème, tout ça m'est un peu égal... bref, il est parti en ville acheter des trucs du coup.

On a ensuite pris l'apéro sur le bord d'à-côté. Un bon gros voilier acier construction amateur, Arabel je crois. L'équipage était sympa, on a partagé nos expériences. Eux sont partis de République Dominicaine. L'un des équipiers a été malade pendant toute la traversée, il rentre en avion à partir des Açores. Leur capitaine aussi d'ailleurs. Curieux. Je me suis pris les doigts de pieds sur des anneaux métalliques de leur pont. Saleté, ça fait mal.

On a ensuite été prendre un verre au Peter Café Sport (faut pas se laisser abattre). Toujours la même ambiance, toujours la même faune. Des gros, des petits, des tatoués, des bronzés, des ridés, des femmes, mais tous avec un verre et une tête de marin, vieux loup de mer ou régatier...

On va essayer de mettre les voiles dès que l'occasion se présentera. Je suis un peu frustré de ne pas prendre le temps de faire un vrai tour sur l'île...