J'ai vu deux frégates ce matin. Je ne m'étais jamais rendu compte à quel point ces oiseaux sont grands et fins. Ca ne rend pas pareil dans les albums d'ornitho.
Bon alors hier...
Arrivé à l'aéroport de Lamentin, boum! on prend 15°C de plus en sortant de l'avion. Chaud et humide. La compagnie de location met bien 40mn après mon premier coup de fil pour débarquer avec une voiture qui n'et pas celle que j'avais réservé. C'est le rythme des îles ça ou ils me prennent pour un imbécile ? Moi je voulais une Renault Symbol ! (c'est une espèce de Clio berline). Pas de bol, je me retrouve donc avec une Opel Corsa. Moins exotique. Bon pas trop grave, j'ai négocié pour la garder un peu plus tard dimanche pour pouvoir aller chercher Yves à l'aéroport à 18h.

En attendant le loueur (la loueuse en l'occurrence), j'ai observé la faune. Pas très variée à l'aéroport, des quiscales noirs : des espèces de merles très fins, un air de famille avec le merle des Moluques. Les mâles ont la particularité d'avoir une implantation des plumes de la queue presque verticale, en V. Marrant.
La voiture récupérée, je sui directement descendu dans le sud en zappant Fort-de-France. la route est bonne, il y a pas mal de monde et ça roule vite. Je fais un crochet du côté du Diamant pour voir le rocher, faire quelques courses et le plein (ça m'apprendra à louer chez le moins cher, ils livrent une bagnole avec un réservoir vide). Puis je redescends tranquillement, direction Le Marin où Jacques m'attend. Une fois arrivé, je gare la voiture à la capitainerie du port et j'appelle Jacques qui vient me chercher avec l'annexe. On dîne, on discute, un ti-punch et au lit. Je me suis installé dans la cabine arrière tribord, couchette du haut. Voilà pour hier soir.

Aujourd'hui, je vais faire un tour de l'île pendant que Jacques bosse sur le bateau. Tiens il faudra que je parle de Jacques...