2 ans dans l'air humides des Antilles + 18 jours de gîte prononcée sur le même bord, pour des batteries de camion ce n'est pas très bon.

J'ai écouté quelques conversations sur la terrasse du bar de la marina. Tout le monde a un peu galéré avec du vent dans le nez. Moyenne générale de 24 jours à peu près, on s'en sort plutôt bien avec nos 20 jours et 15 heures. On a pris une bonne option. On y réfléchissait quotidiennement au moment d'analyser les données météo récupérées sur la BLU (Bande Latérale Unifiée).

Cet après-midi, je suis allé relever mes emails. 50 messages. 1h ½ pour nettoyer ma boîte et envoyer 4 photos. Ouf. Je suis même tombé sur Perrine sur MSN, ça m'a vraiment fait plaisir, et à elle aussi sûrement.

Yves et Yannick ont fait quelques courses. Jacques a passé pas mal de temps sur son alternateur. On a aussi réparé la soudure de la lampe du compas qui avait sauté. On n'arrivait plus à lire le compas en navigation de nuit, plutôt pénible.

Après être passé au café internet, j'ai été faire un tour en ville avec mon appareil photo. La ville est orientée plein Est, il faudra que je me lève tôt demain matin si je veux pouvoir faire de bonnes photos (si le soleil daigne aussi se montrer).



Tiens, mieux vaut tard que jamais, voici l'organisation de nos quarts pour la traversée :

heures de quart / jour1234
1h-5hABCDABCD
5h-9hCDABCDAB
9h-12hACBD
12h-15hBDAC
15h-18hCADB
18h-21hDBCA
21h-1hABCDABCD

A, B, C et D correspondent aux équipiers. J'étais en équipe avec Jacques.

Les quarts de jour durent deux heures et se font seul. Les quarts de nuit se font par équipes de deux (les équipes restent les mêmes tout au long de la traversée) et durent quatre heures. Cela s'est avéré être un système plutôt efficace sauf quand Jacques et moi nous endormions en même temps dans le cockpit pendant notre quart, mais bon, c'est une autre histoire...

J'ai du mal à rester éveillé la nuit, et le second quart de nuit est souvent le plus dur. Il faut d'abord se lever à 1h. Pas facile. Ca bouge, il fait froid et humide, on est mieux au fond de sa couchette. Ensuite, il faut tenir quatre heures à scruter l'horizon dans le noir, vérifier le cap, régler les voiles, contrôler le déplacement d'éventuelles lumières à l'horizon, etc. A partir du moment où je ne bouge pas, je m'endors et surtout j'ai froid. J'ai beau mettre deux vestes de quart, deux tee-shirts, un pull, des chaussettes, mes bottes, un pantalon, une salopette et un bonnet, je caille. Je me contenterai de la zone intertropicale pour ma prochaine navigation...

Mis à part ça, nos quarts de nuit se sont plutôt bien passés. J'avais emporté un stock de tablettes de chocolat (merci Perrine !) qu'on a liquidé (surtout moi) assez rapidement. Le quart du matin était assez magique. C'est le quart où le soleil se lève, ça se réchauffe. Le lever du soleil est un des événements de la journée, et quand le ciel est dégagé, c'est quelque chose !

Les quarts Yves/Yannick étaient plus tendus. C'est en tout cas l'impression qu'ils donnaient. Ils ont tous les deux leur caractère, j'imagine que lorsque l'un d'entre eux voulait abattre l'autre préférait border...